top of page
Rechercher

JO DE PARIS ET SYMBOLES EUROPÉENS


JO 2016 : une athlète italienne brandit le drapeau européen sur le podium




"Ce sera une occasion magnifique de célébrer l’unité européenne »

Président Macron .


La tenue des jeux olympiques de 2024 en Europe - et tout particulièrement à Paris - est une occasion unique de donner à l’Union européenne une visibilité médiatique internationale de grande ampleur.


A travers l’Union, ce sont toutes les valeurs universelles de paix, de démocratie, de tolérance, de développement durable, ... qui peuvent être mises en exergue. Valeurs qui sont aussi celles du mouvement olympique, du monde sportif ainsi que de la plupart des Etats représentés aux Jeux.


D’autre part, depuis l’adoption du Traité de Lisbonne, l’UE s’est officiellement engagée à promouvoir - dans le cadre de ses compétences partagées avec ses Etats membres - « l'équité et l'ouverture dans les compétitions sportives et la coopération entre les organismes responsables du sport, ainsi qu'en protégeant l'intégrité physique et morale des sportifs, notamment des plus jeunes d'entre eux ». Elle s’est aussi déterminée à favoriser « la coopération avec les pays tiers et les organisations internationales compétentes en matière d'éducation et de sport » (article 165 TFUE) (1).

C’est sans doute dans cet esprit que - dès son discours sur l’Europe du 26 Septembre 2017 - le Président Macron avait déjà évoqué la question de la présence de l’UE aux Jeux de 2024. Il avait alors déclaré ceci :


« Quelques semaines après les élections européennes, Paris accueillera les Jeux olympiques. Mais ce n’est pas Paris qui reçoit. C’est la France et avec elle, l’Europe qui feront vivre l’esprit olympique né sur ce continent. Ce sera un moment de rassemblement unique, une occasion magnifique de célébrer l’unité européenne. En 2024, l’Hymne à la joie retentira, et le drapeau européen pourra être fièrement arboré aux côtés de nos emblèmes nationaux »

Cet engagement vient d’être rappelé par un collectif d’organisations pro-européennes qui a engagé une initiative visant à le concrétiser. Ce collectif a lancé une pétition publique et demandé au Président ainsi qu’aux responsables gouvernementaux d’entamer les démarches nécessaires pour que les symboles européens apparaissent au cours des Jeux.

La réponse du cabinet du Président a été rapide et positive : « L’accueil des JO à Paris sera une occasion de célébrer l’unité européenne avec l’usage de symboles tels que l’Hymne à la joie ou le drapeau européen ».

De son côté, la Ministre des sports a déjà annoncé avoir obtenu du CIO « pour la première fois, de faire apparaitre le drapeau européen de façon statique sur les sites olympiques » tout en prévoyant de poursuivre les réflexions sur d’autres modalités de «valorisation de l’identité européenne au travers des JO ». (2)


L’affaire est donc lancée. Mais il reste à convaincre les instances olympiques et à préciser les modalités d’utilisation des symboles européens.

A cet égard, il est indispensable d’obtenir l’appui et la participation des Institutions européennes, les premières concernées par l’utilisation de ces symboles. Une initiative du Parlement européen - relayée par la Commission - serait particulièrement opportune ainsi que l’engagement personnel de leurs deux Présidentes.

Le CIO ainsi que les comités olympiques et les fédérations sportives nationaux devraient être approchés et impliqués.


«Le diable étant dans le détail», il serait utile d’envisager d’ores et déjà comment/quand les symboles pourront apparaitre.


La seule présence du drapeau européen perdu parmi la centaine de drapeaux nationaux ornant le(s) stade(s) olympique(s) ne semble pas satisfaisante. Les cérémonies d'ouverture et de clôture devraient mettre en évidence l’hymne et le drapeau. Les maillots des athlètes des 27 Etats membres pourraient porter un double écusson, national et européen. Le pavoisement proprement parisien pourrait faire figurer conjointement les emblèmes français, olympique et européen. Le très bel hymne européen - familier à la plupart des pays participants - devrait retentir lors des principales manifestations. Etc ...

Il faut bien sûr s’attendre à des hésitations, voire des oppositions des différents responsables de l’organisation (très lourde …) des jeux, du type : « C’est trop tard, tout est bouclé » ou bien « C’est trop politique et cela va créer des problèmes supplémentaires ». Toutefois, le poids combiné du pays organisateur (et de son Président en personne) et des Institutions européennes devrait permettre de surmonter ces réticences.



Jean-Guy Giraud 27/02/2023

___________________________________


NB Sur ce thème, voir aussi :


コメント


bottom of page