Rechercher

GUY VERHOFSTADT : “L'EUROPE RISQUE DE NE PAS SURVIVRE AU XXI ÈME SIECLE”



Guy Verhofstadt :


« Faute d’une coordination suffisante, l’Europe, dans sa forme actuelle, ne survivra pas au XXIe siècle »

Tout ceux qui, en France, regrettent le faible intérêt manifesté par les grands medias sur les questions européennes devraient écouter l’entretien accordé par Guy Verhofstadt à TV5monde le 11 Septembre 2021.


Le sujet était la Conférence sur le futur de l’Union en cours de préparation aux niveaux nationaux - y compris en France (1) - avant d’être portée au niveau européen dans les tous prochains jours.


L’intérêt de cet entretien réside non seulement dans la manifestation de l’engagement personnel de Guy Verhofstad - mais aussi dans la force et la clarté de son diagnostic et de ses propositions de réforme.


Il est en particulier intéressant de noter que la réforme prioritaire préconisée par GV porte sur la suppression de la règle de l’unanimité au sein du Conseil (2), notamment (mais non exclusivement) sur des questions et des enjeux aussi vitaux que la défense et la politique étrangère de l’Union.


Cela revient à dire qu’il ne servirait à rien de recueillir les souhaits de l’opinion sur les politiques à mener par l’Union si rien n’était fait pour débloquer son processus de décision.


Malheureusement, on sait que ni le Conseil ni - semble-t-il - la Commission ne souhaitent véritablement que les questions institutionnelles et de gouvernance ne soient abordées par la Conférence (3).


Et l’on sait que, si leur importance n’est pas clairement exposée aux citoyens, ceux-ci risquent de les ignorer. Il n’est ni exact ni respectueux de prétendre que les questions de type constitutionnel sont trop complexes pour être débattues publiquement par des non-spécialistes. La vérité est que les gouvernements veulent en garder le contrôle exclusif et que la Commission n’ose pas passer outre ce veto de principe. Seul le Parlement européen parait déterminé à les mettre sur la table de la Conférence mais il n’est pas sûr qu’il y parvienne surtout si la société civile associée à la Conférence est passée à côté.


Par ailleurs, Guy Verhofstatdt - dans son langage direct - pose ainsi l’enjeu global du “futur de l’Europe” :

  • face aux grandes puissances mondiales, les Etats européens pris individuellement perdent progressivement leurs pouvoirs d’action, leur autonomie et donc leur souveraineté,

  • l’UE, dans son état actuel d’inachèvement, n’est pas en mesure de prendre le relais en coalisant les pouvoirs nationaux,

  • en conséquence, le diagnostic choc est que “l’Europe risque de ne pas survivre au XXI ème siècle”.

Si ce message est familier aux lecteurs de ce blog, il l’est beaucoup moins à l’opinion dans son ensemble - faute d’être clairement et fortement repris par les dirigeants et acteurs politiques nationaux, y compris en France.


Autre élément intéressant de l’entretien, GV estime qu’un engagement commun des quatre grandes puissances européennes originelles (Allemagne, France, Italie, Espagne) serait en mesure d’entrainer l’ensemble de l’UE dans la voie du renforcement de l’Union (4).



Bonne lecture du message de GV.



Jean-Guy Giraud 12 - 09 2021


_________________________________________________

(1) voir cependant les réserves sur l'organisation du débat public en France : https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/consultations-regionales-sur-le-futur-de-l-europe

(2) sur la suppression du veto, voir : https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/conference-2021-la-democratisation-de-l-union-exige-la-suppression-du-veto

(3) sur l’impasse faite par la Conference sur la question de gouvernance, voir : https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/la-conférence-sur-le-futur-de-l-europe-et-la-gouvernance-de-l-union

(4) voir les prémisses de création du "Groupe de Versailles" : https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/vers-une-renaissance-du-groupe-de-versailles