Rechercher

“AUX NATIONS UNIES, NOUS SOMMES RIDICULES !"



Le discours du Président Macron devant l’Assemblée générale des Nations Unies du 25/09/18 a principalement porté sur le “multilatéralisme” - cad la nécessaire coopération entre les États dans le cadre des organisations internationales instituées à cet effet notamment à l’issue de la deuxième guerre mondiale.

Ce thème était à l’évidence le bienvenu à la lumière des crises actuelles d’envergure mondiale et de toutes natures auxquelles les États ne peuvent faire face ni isolément ni par voie de relations purement bi-latérales et intergouvernementales.

À la lumière aussi de l’attitude non-coopérative suivie actuellement par les grandes puissances - et notamment les États-Unis.

On ne peut toutefois s’empêcher de regretter le peu de place accordée par le Président français au rôle joué à cet égard par l’Union européenne.

Celle-ci est pourtant la forme la plus avancée et la plus accomplie de mutualisation multilatérale des moyens et des efforts d’un groupe d’États pour lutter ensemble - au sein d’une organisation forte et structurée - contre les grands défis mondiaux et pour soutenir un ordre international basé sur des valeurs humanistes.

Plus concrètement, il est dommage que :

  • l’UE en tant que telle ne puisse s’adresser directement à la communauté internationale représentée au sein de l'Assemblée générale,

  • à défaut, le Président Macron n’ait pas déclaré s’exprimer au nom de l’Europe (1),

  • la dizaine de représentants d’États membres de l’UE qui s’adressent successivement à l’Assemblée (le plus souvent dans l’indifférence …générale) le fassent sans aucune concertation et en leur nom propre uniquement,

Cette situation est d’autant plus regrettable que l’UE constitue, à l’heure actuelle, une sorte de modèle unique et résilient de multilatéralisme.

Et qu’elle démontre quasi quotidiennement, non sans difficultés, son attachement à la protection des biens communs de l’humanité (paix, environnement, développement, lutte pour la démocratie et les droits de l’homme, …) - rôle qui lui a d’ailleurs valu l’attribution du prix Nobel de la paix en 2012 (2).

Et qu’elle se pose comme défenseur intransigeant (et assez solitaire) du respect du droit international - notamment du respect … des résolutions de l’ONU elle-même (voir note).

Pour paraphraser une exclamation célèbre du Président Juncker regrettant le faible rôle joué par l’UE au sein du FMI : “Aux Nations-Unies, nous sommes ridicules"

Jean-Guy Giraud 26 - 09 - 2018

(1) en s’appuyant sur les décisions et positions prises par l’UE (même si, parfois, de façon non unanime)

(2) prix délivré pour l’action de l’UE envers pour sa “successful struggle for peace and reconciliation and for democracy and human rights


©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com