©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com

Rechercher

L’EUROPE, LA RUSSIE ET LA CHINE



Un récent article de la revue américaine “Foreign Affairs” s’ajoute à une liste déjà longue d’analyses relatives aux tentatives de "déstabilisation des démocraties" (notamment européennes) menées par la Russie de Vladimir Poutine et la Chine de Xi Jinping.

Émanant de chercheurs liés à des think tanks républicains, cet article doit être lu avec un certain recul. Mais l’analyse est en elle-même éclairante … et inquiétante.

En résumé, elle tend à démontrer que ces deux super-puissances mettent en oeuvre - de façon délibérée et organisée - une stratégie de promotion de leurs intérêts politico-militaires (surtout pour la Russie) et/ou économiques (surtout pour la Chine) dans le monde.

Stratégie qui s’appuie sur le soutien aux régimes ou aux forces illibéraux dans les États démocratiques et qui constitue donc une “ menace” à la notion même de démocratie et de libéralisme.

Les auteurs appuient leur raisonnement sur des exemples précis, soulignant les angles d’attaque de cette offensive, notamment par la voie d’aides financières et militaires fournies sans les conditions et contraintes imposées par les autres pays ou organisations internationales (1).

Ils ajoutent que - même si les offensives de ces deux puissances, malgré leur récent rapprochement, ne semblent pas coordonnées - elles représentent un risque cumulé de "vague croissante et globale d’autoritarisme dans le monde”.

Au total, les auteurs partagent donc les inquiétudes très répandues relatives à la disparition progressive du “world order” de l’après guerre et s’interrogent sur la nature des nouveaux (dés)équilibres internationaux qui se mettent progressivement en place.

On voit clairement l’importance du rôle irremplaçable que peut jouer une Europe unie dans ce contexte et donc la nécessité d’une action commune, organisée et déterminée.

Les élections européennes de 2019 devraient donc bien être, à cet égard, une étape du “combat historique et de civilisation” invoqué par le Président Macron (voir ici). ”

Jean-Guy Giraud 03 - 10 - 2018

(1) l’article ne mentionne toutefois pas le levier puissant que constitue la corruption