©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com

Rechercher

LES “ROYALS" ET LE BREXIT



2018 : l'année des “Royals"

Pas moins de sept "big royal events” ont eu - ou auront - lieu en 2018 au Royaume Uni, dont :

  • le 92 éme anniversaire de la Reine en Avril

  • le 65 ème anniversaire de son couronnement en Juin

  • le mariage du prince Harry en Mai

  • la naissance- baptême du 3ème enfant du prince William en Avril/Mai

  • trois autres mariages ou naissances dans la proche famille royale ...

(pour le détail, voir ici)

On connait le très fort attachement du peuple britannique à la famille royale, sentiment que l’exceptionnelle couverture médiatique des cérémonies royales ou princières ne peut que renforcer.

"Boring Brexit" au second plan

Il est donc probable que cette succession de cérémonies relègueront au second plan - voire occulteront complètement - dans l’opinion, l’évolution des "boring negotiations” sur le Brexit.

Et ce, au moment même où les arbitrages principaux devront être faits - arbitrages qui détermineront en grande partie l’issue de ces négociations, l’avenir des relations UE/UK et donc - très largement - du Royaume.

On peut également prévoir que ces célébrations royales renforceront l’image d’une "glorious/global Britain” dans le coeur et l’esprit d’une bonne partie de la population - au delà même des partisans initiaux du Brexit concentrés dans les zones rurales et dans la partie la plus âgée des électeurs.

Ajoutons que - même si The Crown se garde bien de se prononcer sur le sujet - l’opinion a bien le sentiment que l’entourage royal ne serait pas vraiment opposé à un tel retour vers une Glorious Britain.

Les Hard Brexiters renforcés

Dès lors, les éléments les plus conservateurs au sein du gouvernement de Mme May pourraient se sentir également renforcés par cette ferveur populaire nationale et se montrer plus exigeants dans la négociation UE/UK - y compris dans leur objectif d’un “hard brexit” qui aboutirait à une profonde césure entre le Royaume et le continent.

À l’opposé, les partisans du maintien du RU dans l’union douanière pourraient se trouver affaiblis - ainsi que ceux qui demandent un vote du Parlement sur l’issue des négociations. Les voix isolés qui souhaitent un nouveau referendum - voire même une révocation de l’article 50 - risquent de ne plus être audibles.

Les “Royal events” et l’unité nationale

Depuis l’origine, l’affaire du Brexit a pris un tour plus passionné que rationnel au sein de l’opinion - en même temps qu’elle mettait à jour de profondes fractures au sein de la société britannique. Les “royal events” sont susceptibles de ressouder au moins temporairement l’unité nationale. Certains diront même que c’est précisément leur objectif. Il est peu probable que cet élan patriotique joue en faveur d’un maintien de liens étroits avec le continent.

Le Commonwealth à la rescousse

Ajoutons d’ailleurs que déjà, en Avril 2018, a été célébré avec une pompe particulière le “Commonwealth Day” - dont le thème a été ... “Towards a common future” .

En arrière toute ! Tel semble être décidément le sens de l’histoire tel que perçu de l’autre côté de la Manche.

Jean-Guy Giraud 23 - 04 - 2018