Rechercher

FRANCE : L’ESPOIR DÉÇU D’UN RENOUVELLEMENT DES “ÉLITES"



On sait que dans une certaine mesure - difficile à estimer mais sans doute bien réelle - la crise socio-politique que traverse actuellement la France est causée par le sentiment populaire d’une excessive concentration des pouvoirs par une “élite” centralisée et déconnectée du terrain populaire.

Le problème est certes fort ancien et n’a jamais pu être véritablement maitrisé. Toléré en période de relative prospérité, il l’est beaucoup moins lorsque la situation économique des classes défavorisées se détériore - notamment du fait d’une pression fiscale croissante sur ces mêmes classes et d’un accroissement spectaculaire des disparités de revenus et de fortunes.

L’élection du Président Macron avait notamment laissé espérer un renouvellement de la classe politique remettant en cause les défauts majeurs du système dont il héritait : élitisme, corporatisme, parisianisme et confusion des fonctions/pouvoirs politiques, administratifs et économiques - ainsi que nous l’exprimions le jour même de son élection (voir ici).

Cet espoir a été largement déçu et le public a pu avoir même le sentiment d’une aggravation de ce syndrome de concentration - voire de personnalisation - du pouvoir.

Il est à craindre que la sanction politique populaire n’intervienne dès le premier scrutin disponible cad les élections européennes. Ce serait bien sûr absurde à tous points de vue, cela ne règlerait en rien les problèmes français et ne ferait qu’aggraver la situation politique européenne.

Il ne reste au Président que quelques mois pour tenter de limiter les dégats. Mais on voit mal comment il pourrait - notamment - libérer le pays d’un corset politico/administratif ultra-centralisé dont il fait lui même partie et dont il est

sans doute aussi l’otage.

Jean-Guy Giraud 30- 12 - 2018


©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com