Rechercher

BREXIT : VERS UN DEUXIÈME REFERENDUM

L’impatience française inopportune Le Président Macron aurait, à plusieurs reprises, fait état de son souhait de voir le Royaume Uni quitter l’Union le plus tôt possible. Les raisons de cette impatience n’apparaissent pas clairement car les deux motifs allégués ne semblent pas justifiés : la question du Brexit bloquerait les travaux du Conseil européen et empêcherait l’UE de traiter de questions urgentes : toutes les informations disponibles montrent cependant que les Institutions gèrent les affaires courantes sans difficultés particulières et que, sur les dossiers importants, les négociations se poursuivent normalement. Si blocages il devait y avoir, il faudrait plutôt se tourner vers d’aut

PARLEMENT EUROPÉEN : L'AFFAIBLISSEMENT ANNONCÉ DE LA DÉLÉGATION FRANÇAISE

L’examen des listes de candidats français aux élections européennes suscite - tardivement - des inquiétudes légitimes et … bien prévisibles. . Seule un vingtaine de candidats sur les 74/79 futurs MPE possèderaient une expérience et/ou une préparation susceptibles de leur permettre de jouer un rôle vraiment utile au sein de l’assemblée. Il faut donc s’attendre à un nouvel affaiblissement de l’influence de la délégation française (tous partis confondus) dans les travaux du Parlement. À cela s’ajoute, évidemment, le fait que 20 à 25% de cette délégation sera composé de députés plutôt sceptiques/hostiles au projet européen tel que mis en oeuvre par les Institutions - et dont le rôle sera en cons

L’UE GARDIENNE ÉMERGENTE D’UN ORDRE INTERNATIONAL RÉGULÉ ET JUSTE ?

Le 16 Avril 2019 à Strasbourg, la Haute Représentante et Vice Présidente de la Commission, Mme Federica Mogherini, a prononcé son dernier discours devant l’actuel Parlement européen. Ce discours portait sur une question d’actualité : la situation politique au Moyen Orient suite aux récentes déclarations des États Unis et d’Israel sur les territoires occupés et notamment “on the US recognition of the Golan Heights as Israeli territory and the possible annexion of the West bank settlements”. Nous laissons les lecteurs découvrir l’exposition des faits et le rappel de la position constante de l’UE par la Haute Représentante (1). Ce discours - et le cas particulier du Moyen orient - peuvent être

LE CHOIX DES FUTURS DIRIGEANTS DE L'UNION

À la veille des élections européennes, l’UE se trouve dans une situation particulièrement difficile, tant sur le plan interne que dans son environnement international. Il est inutile de détailler ici tous les facteurs de déstabilisation qui s’accumulent à l’horizon de ces deux points de vue. Mais on peut en tirer une conclusion simple : le choix des futurs dirigeants de l’Union devrait avant tout tenir compte de la nécessité de préserver son unité et ses grands équilibres. Ceci est particulièrement vrai pour la présidence de la Commission dont le rôle premier est de veiller à l’intérêt général européen - au-delà des clivages nationaux et politiques. Le choix de ce futur Président devrait êtr

LE CONTRÔLE INSUFFISANT DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS DANS L’UNION

Le Parlement et le Conseil viennent d’adopter un règlement relatif au “filtrage des investissements directs étrangers dans l’Union” (1). Un mécanisme de protection bienvenu ... Ce règlement est une première réaction de l’UE à la croissance récente et spectaculaire d’investissements directs étrangers (IDE) dans certains États membres, notamment en provenance de grands “pays émergents” dont la Chine. Investissements - souvent massifs - qui concernent des secteurs économiques considérés comme stratégiques tels que les communications, le transport, l’énergie, les matières premières, les industries de défense, etc ... À ce jour, certains des États membres ne disposent d’aucun mécanisme de contrôl

LE BREXIT REND-IL L’UNION AVEUGLE ?

Dans un excellent article intitulé “Le Brexit rend aveugle” , le rédacteur en chef du site “B2” - M. Nicolas Gros-Vereyde - donne la liste des grands sujets de politique internationale délaissés par l’UE (en pratique par le Conseil Européen) depuis plusieurs années / https://www.bruxelles2.eu/2019/04/11/laveuglement-du-brexit/ Si le constat est, hélas, largement irréfutable, les raisons de cette carence peuvent-elles être uniquement ou même principalement attribuées à l’attitude d’un seul État membre, en l’occurrence le Royaume Uni ? Certes, le RU a incontestablement bridé les ambitions diplomatiques européennes et la question de son retrait éventuel de l’UE parasite à l’évidence chacune des

“WHO IS AFRAID OF BJ ?"

Referendum, élections générales ou révocation Quelques heures avant l’ouverture du Conseil européen extraordinaire sur le Brexit, le PE a pris la position ci-dessous. Nous avons souligné deux passages essentiels : Mme May est invitée à “indiquer clairement la marche à suivre (en cas de prolongation longue du délai de l’article 50) : "referendum, élections générales ou révocation.” (les uns n’excluant pas l’autre) cette prolongation devrait être encadrée “par le respect du principe de coopération loyale “ ( (art.4§3 TUE) et exclure “la réouverture de l’Accord de retrait ou l’ouverture de négociations sur les relations futures”. Cette position est en ligne avec celle du Président du Conseil eu

BREXIT : THE CASE FOR A PROLONGED AND SERENE RELEXION

The European Council will probably today decide to grant UK a new and longer period of reflexion on Brexit. This is a wise decision : brItish politicians and electors will thus have time to reconsider with more insight all implications of Brexit which were totally unknowed or even unsuspected at the time of the first referendum. But the European Council should not ruin the positive effect of this decision by attaching to it unnecessary and vexatious conditions. By example, French insistence on a formal UK pledge not to obstruct major EU decisions during this period is superfluous and potentially counter-productive. Most ardent british Leavers - such as Jacob Rees Mogg - have indeed threatene

BREXIT : SEUL UN "REPORT LONG" PERMETTRAIT UNE VÉRITABLE CLARIFICATION

Le Conseil européen extraordinaire de mercredi 10 Avril 2019 devra se prononcer à nouveau sur la question du Brexit et probablement prendre une décision sur un éventuel nouveau report du délai de réflexion accordé au RU. Refus de report ou report court exclueraient toute possibilité de renoncement au Brexit Cette décision devrait trancher entre trois possibilités : refus de tout nouveau report : la sortie définitive du RU interviendrait si le Gouvernement de Mme May s’avérait incapable de ratifier le Deal actuel et d’accepter l’idée même d’un quelconque report, octroi d’un report court : le RU aurait jusqu’au 30 Juin pour ratifier le Deal qui pourrait être éventuellement adapté/complété, oct

“JE M’ASSIÉRAI DANS MON JARDIN POUR PLEURER"

On en parle peu, mais les euro-députés britanniques se sont tous préparés à quitter leurs fauteuils de Strasbourg et de Bruxelles pour … le 29 Mars - puis le 12 Avril - puis le 22 Mai - puis … ? Plusieurs articles de presse rapportent leurs impressions et réflexions à la veille (?) de leur (éventuel) départ : https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/brexit-eu-meps-european-parliament-uk-after-jobs-latest-a8687836.html https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/la-grande-bretagne-et-l-ue/partir-est-un-dechirement-la-deprime-des-eurodeputes-britanniques-anti-brexit-sur-le-point-de-quitter-strasbourg_3255987.html#xtor=EPR-749-[NLbestofhebdo]-20190406-[content4] https://www.theparliamentmaga

"FORGIVE THEM FOR THEY DO NOT KNOW WHAT THEY ARE DOING"

Mrs May has now officialy asked the President of the European Council for a further (short) extension of the Article 50 period until June 30th. She estimates that this extension should permit the House to approve the Withdrawal agreement - or to decide on another “course to pursue”. (In practice, Mrs May wants the House either to approve the Withdrawal agreement or accept a withdrawal without any deal. Even if such a crucial vote in the Commons would probably not obtain a significant majority - perhaps no more than a handful of votes …) This means that she is refusing to consider other courses of action such as a new popular vote (referendum) and revocation of article 50 altogether. On his s

THE CASE FOR AN INFORMED AND DECISIVE POPULAR VOTE ON BREXIT

(According to the latest news from Westminster, Mrs May and Mr Corbyn might agree this week on a revised version of the Brexit deal. The UK Government might then ask the EU to accept a further delay to confirm this agreement. Whatever the outcome of this demand might be, the question of a popular vote on the final outcome of Brexit remains) Indeed, the case for a final popular vote on Brexit has been strongly pushed by an active portion of British public opinion (1) and relayed by a growing number of British MPs. This case can be summarized as follows : "Deep and persistent divisions within and between the British Parliament, Government and both majority/opposition parties on the Brexit ques

BREXIT : LA VOIE OUVERTE À UN VOTE POPULAIRE ?

Vers un nouveau report ? Comme cela était probable, la Chambre des Communes vient de rejeter - pour la troisième fois et à une claire majorité - l’accord de retrait négocié par l’UE et le Gouvernement May. Ce rejet ouvre un nouveau délai de 13 jours au RU (jusqu’au 12 Avril 2019) en déans duquel il devra se déterminer sur les moyens (“la marche à suivre”) susceptibles de clarifier la position du pays vis à vis du Brexit. Ces moyens peuvent notamment consister en un nouveau referendum et/ou de nouvelles élections législatives nationales - l’un n’excluant pas l’autre. Si le Conseil européen estime (à l’unanimité) que les moyens proposés sont effectivement susceptibles de permettre cette clarif

LE "COUP" DU BREXIT

LE "COUP" DU BREXIT (09/05/17) http://www.euractiv.com/section/uk-europe/interview/a-c-grayling-brexit-is-starting-to-look-a-lot-like-a-coup/?nl_ref=37233536 Nous recommandons vivement la lecture du bref entretien du professeur britannique A.C. Grayling avec le site Euractiv au sujet du Brexit (voir ci-dessus). En résumé, ACG. estime que le Brexit est "politiquement illégitime" et que, lorsque ses effets commenceront à se faire sentir, les partisans de "Remain" l'emporteront. Dans un style simple et factuel, il reprend les arguments suivants : le vote "POUR" n'a représenté en définitive que 37% de l'électorat et 26% de la populatio plusieurs groupes d'électeurs potentiels ont été écartés, n

PARIS : UNE NOUVELLE MINISTRE “SOUS TUTELLE “ DE L'EUROPE

Le Président Macron vient de nommer une nouvelle Ministre “sous tutelle” chargée des Affaires Européennes en la personne de Mme Amélie de Montchalin. L’expérience de la nouvelle Ministre en matière européenne parait faible et son expérience politique nationale limitée. Ce choix illustre la volonté de l’Élysée de conserver le contrôle total et quasi-direct des questions européennes (1) - comme de nombreux autres secteurs ministériels d’ailleurs. La politique européenne de la France - ses grandes orientations comme sa gestion au jour le jour - demeurera gérée par l’entourage personnel du Président et relayée par deux organes administratifs : le Secrétariat général aux Affaires Européennes à Pa

©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com