Rechercher

LE SEAE, VIGIE DU DROIT INTERNATIONAL



Nous avons souvent ici attiré l’attention sur - et rendu hommage à - l’action du Service de relations extérieures de l’UE (SEAE - EAAS en anglais) qui assure, pour le compte de l’Europe, de multiples missions très diversifiées dans le monde entier tant sur le plan diplomatique que sur celui du maintien de l’ordre, de la surveillance (monitoring) de situations particulières et de règlement des conflits.


Un récent communiqué de presse de le SEAE (1) - passé inaperçu de la plupart des observateurs - a trait à la situation de tension en … Ossétie du Sud,  province sécessionniste de la Géorgie placée sous la domination russe.


Sans revenir sur l’historique ancien et complexe de cette région, on rappellera seulement que - suite à une résurgence des hostilités déclenchée en 2008 et au cessez le feu intervenu la même année sous l’égide de l’UE, celle-ci y entretient depuis lors (soit depuis …11 ans) une "Mission de surveillance” (EU Monitoring Mission) établie sur place.


Cette Mission se compose de plus de … 200 “monitors” pour un budget de 38,2 millions d’Euros pour la période 2018/2020 (2).


Elle remplit une tâche d’interposition entre les parties (armées), les forces d’Ossétie étant assistées par la Russie. Ses tâches consistent à "éviter un retour aux hostilités”, "faciliter le retour à la vie normale pour les populations concernées" et "restaurer la confiance entre les parties”. Mais aussi à attirer l’attention des États et de l’opinion sur la nécessité de résoudre de tels conflits.


Ce cas est seulement cité à titre d’exemple du rôle d’intermédiaire et de pacificateur que le SEAE est chargé de jouer dans plusieurs régions du monde parfois très éloignées de l’UE. Cette fonction - souvent de caractère humanitaire tout autant que diplomatique - n’aboutit pas toujours à des résultats tangibles et rarement à la solution durable des conflits concernés (comme en Ossétie ou … en Palestine) (3).


Mais l’action du SEAE doit être mise au crédit de la “politique étrangère” de l’Union trop souvent ignorée ou sous estimée. Il joue souvent, à la place des États membres (mais avec leur concours) des missions ingrates et parfois périlleuses. Il est aussi amené, toujours à la place des États, à rappeler la nécessité du respect du droit et des accords internationaux auprès de pays tiers comme dans le cas emblématique du conflit israélo-palestinien.


À défaut d’une “armée”, l’UE dispose ainsi - pour son honneur - d’une voix dans le monde au service de valeurs européennes à vocation universelle, une sorte de vigie du droit international (4).



Jean-Guy Giraud 10 - 11 - 2019

________________________________

(1) https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/70195/statement-spokesperson-developments-related-south-ossetia-georgia_en

https://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxième_guerre_d%27Ossétie_du_Sud

(2) https://eumm.eu

https://eumm.eu/en/about_eumm/facts_and_figures

(3) un autre exemple, plus connu, est celui de la Mission de l’UE en territoire palestinien créée en … 2006 - dotée de 107 personnes et d’un budget de 12,4 millions d’Euros (2018/2020)   https://eupolcopps.eu/en/content/what-eupol-copps

(4) https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/2019/04/17/l-ue-gardienne-émergente-d-un-ordre-international-régulé-et-juste

©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com