Rechercher

L'UE ET L'OCDE - suite 2 (et fin ?)



C'est finalement le candidat australien - Mathias Cormann - qui sera probablement nommé Secrétaire Général par le le Conseil de Ministres de l’OCDE dans quelques jours.


En effet, le Comité de sélection des 37 représentants des EM vient de le désigner au détriment de la deuxième candidate finaliste - Mme Malmström- ancienne Commissaire européenne chargée du commerce.


Bien que les délibérations du Comité ne soient pas publiques, la presse rapporte qu’il aurait manqué une voix à Mme Malmström pour se qualifier. Son concurrent australien aurait notamment bénéficié de l’appui des représentants des E-U ainsi que du Canada et … du RU (qui présidait le jury).


Il est plus étonnant de lire que certains des 21 représentants d’EM de l’UE (sur les 37 de l’OCDE) n’auraient pas soutenu la candidature européenne - notamment la Pologne et d’autres EM d’Europe centrale/orientale. Et ceci en dépit de la règle fixée par le Traité : “Les Etats membres coordonnent leur action au sein des organisations internationales” ( TUE - 34§1). Un certain doute demeure aussi sur le vote de la représentante française. On ignore également si le Conseil, le Coreper ou le représentant-observateur de l’UE auprès de l’OCDE ont véritablement tenté de “coordonner” le vote des EM.


Comme le souligne le quotidien Guardian (qui fournit quelques indications sur le vote) : “it is a blow for the EU which had lobbied its members to back Malmström". En effet, le SG de l’OCDE occupe une position influente au sein d’une organisation qui joue un rôle majeur dans plusieurs domaines d’un intérêt particulier pour l’UE - par exemple sur les dossiers en cours de fraude financière et d’évasion fiscale internationales.

D’autre part, les ONG environnementales ont fortement protesté contre la nomination de l’ancien ministre australien qui a mis en oeuvre la politique ultra-libérale et climato-sceptique de son gouvernement.

Sauf surprise de dernière minute - cad l’opposition de l’un des membres du Conseil de Ministres (1) - l’OCDE est donc susceptible de modérer à l’avenir son activisme bienvenu dans les dossiers qu’elle traite en liaison étroite avec l’UE.

Jean-Guy Giraud 14 - 03 2021

NB voir les notes précédentes : https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/l-ue-et-l-ocde et https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/l-ue-et-l-ocde-suite-1

__________________________

(1) voir la procédure de sélection : http://www.oecd.org/officialdocuments/publicdisplaydocumentpdf/?cote=C(2016)70&docLanguage=En