top of page
Rechercher

ELECTIONS EUROPÉENNES : LE CHOIX DES « BONS » CANDIDATS 


Les listes des candidats français à l’élection européenne du 9 Juin 2024 seront établies dans les prochains jours. 

 

On sait que le « quota français » s’élève à 81 membres sur un total de 720 parlementaires européens. Chaque parti doit donc dresser une liste de 79 candidats dont seuls les mieux placés dans l’ordre de la liste ont une chance d’être élus. 

 

À ce jour, seuls les premiers de chaque liste (les « têtes de liste ») ont été désignés par leurs partis. 

 

Théoriquement, les partis devraient choisir les meilleurs candidats possibles cad ceux susceptibles d’exercer leur mandat avec efficacité compte tenu de plusieurs critères. 

 

Du fait des caractéristiques propres au mandat européen, on peut tenter de résumer ici les critères du « bon candidat » en les classant en trois catégories : compétence, disponibilité et engagement. 

 

La présente note a pour but de développer la nature de ces critères. 

 

Compétence 

Quatre types de compétences semblent primordiaux :


  • capacités linguistiques : il est impératif qu’un député européen puisse s’exprimer dans d’autres langues que la sienne. Si l’anglais courant est une priorité, la connaissance d’autres langues européennes est un atout considérable - notamment celle de l’allemand,

  • culture européenne : une bonne connaissance générale de départ des Institutions et mécanismes communautaires est indispensable. La familiarité avec un secteur particulier de l’action communautaire (économique, social, juridique, diplomatique, …) est un gage d’efficacité pour le travail en commission. Une expérience préalable (directe ou indirecte) des questions européennes - ainsi que des contacts pré-établis dans les milieux européens - constituent aussi un sérieux avantage. À cet égard, les candidats ayant déjà exercé un ou plusieurs mandats européens sont en général les mieux armés (comme le montre le cas de nombreux députés allemands et de rares députés français),

  • ouverture à la négociation : la capacité de poursuivre des négociations internes au PE - ou inter-institutionnelles - en vue de dégager des solutions transactionnelles est particulièrement précieuse. C’est, en fait, le travail quotidien du député européen qui exige une grande aptitude au compromis.

  • esprit d'indépendance : au Parlement européen plus qu’ailleurs (1), les risques d’influences - voire de conflits d’intérêt - sont importants et nécessitent une prudence et une capacité de résistance bien établies.


Disponibilité

Les spécificités du mandat européen exigent que les députés se consacrent exclusivement à cette tâche - ce qui implique notamment :


  • un mandat unique : l’exercice parallèle, même autorisé, d’un ou plusieurs mandats politiques nationaux se révèle, en pratique, matériellement peu compatible avec celui de député européen,

  • un mandat exclusif : poursuivre l’exercice d’une profession (privée ou publique) pendant le mandat peut constituer un sérieux handicap (et induire de possibles conflits d’intérêt) . La plupart des députés y renoncent (2),

  • une aptitude à soutenir un rythme de travail intense dans une “matière” souvent complexe - et la disponibilité pour des déplacements très fréquents et des séjours répétés dans les sièges des Institutions et dans d’autres États membres,


Engagement

Le député européen est investi d’une mission particulière : celle de participer à une entreprise “en construction”, différente par nature de la gestion des affaires publiques d’un État.

Il est donc préférable, pour que son action puisse être “utile”, qu’il soit lui-même intimement convaincu du bien fondé de cette entreprise - tout en restant libre de son appréciation sur les modalités, le rythme et les orientations politiques de cette construction.

Une partie des candidats peut avoir - au contraire - pour mission de ses électeurs de s’opposer à l’existence même de l’Union, du moins dans sous sa forme actuelle. L’expérience montre toutefois qu’une telle orientation aboutit souvent à une certaine marginalisation des députés concernés.



*********



À titre d’illustration, on peut se référer au récent classement des "Top 100 Most Influential Members of the EuropeanParliament" (3) Parmi ces 100 figurent 8 MPE français : S. Séjourné (17ème) - V.Hayer (32) - P. Canfin (33) - D.Riquet (36) - Y.Omarjee (42) - K.Delli (62) - F.Keller (74) - R. Glucksmann (98).



Jean-Guy Giraud 24 - 01 2024 

_______________________



(1) l’action des lobbys de toute nature est beaucoup plus intense à Bruxelles que dans les États membres

コメント


bottom of page