Rechercher

DU RÔLE DES PARTIS POLITIQUES



Les modalités de désignation du candidat CDU-CSU à la Chancellerie (M. Armin Laschet) pour les prochaines élections allemandes ont - dans un certain sens - eu un caractère “exemplaire".


Ce sont en effet les cadres du parti dominant - la CSU - qui en ont pris la responsabilité en interne après avoir soigneusement et sereinement délibéré sur ce choix.


Ils ne se sont laissé influencer ni par certains courants parmi les adhérents ni par les campagnes de presse ni par les sondages d’opinion - lesquels semblaient se montrer plus favorables au candidat de la CSU (M. Markus Söder).


Ils n’ont pas non plus - bien entendu - cédé à la mode américaine de désignation du candidat par voie d’”élections primaires” comme la pratique s’en est répandue en Europe.


On peut en effet estimer que les dirigeants des partis sont les mieux placés et les plus légitimes pour apprécier non seulement les aptitudes d’un candidat mais aussi ses convictions politiques et ses qualités morales. Peu d' autres moyens de sélection permettraient d’en juger aussi objectivement et librement.


D’autre part, dans un système parlementaire du type allemand, il est essentiel que le candidat choisi demeure fermement implanté - et conserve des liens étroits - dans le parti dont il est issu.


On notera par ailleurs que la personnalité du candidat émanant de la CSU offrait moins de garantie de modération et de consensualité que celle de son rival et que ses convictions pro-européennes paraissent aléatoires. Il n’aurait pas bénéficié de la même confiance et du même soutien au sein de la coalition CDU-CSU.


Les modalités du choix de la candidate du parti des Verts (Mme Anna Baerbock) peut - sur ces mêmes bases - être aussi qualifiée d'“exemplaire” puisqu’elle a été également désignée par les cadres dirigeants de son parti et que, au surplus, l’autre candidat potentiel s’est pleinement rallié à ce choix.


A contrario, on a récemment vu aux Etats-Unis comment l’incapacité des responsables du parti républicain à influencer la sélection d’un candidat-Président de son choix a abouti à la désignation - puis à l’élection de Donald Trump.


Ceci pour dire, plus généralement, que les partis politiques constituent un rouage essentiel dans le fonctionnement des démocraties parlementaires (1) car ils assurent le lien indispensable entre les citoyens et le pouvoir. S’ils ont souvent été critiqués par l’opinion dans certains Etats, c’est principalement dû à des états majors et à une organisation déficients ainsi qu’à des rivalités et divisions internes incapacitantes. Ils se sont ainsi écartés du modèle idéal dans lequel un aréopage soudé de hautes personnalités expérimentées et responsables définit et conduit une action politique claire dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens - et désigne les meilleurs d’entre eux pour postuler aux plus hautes fonctions de l’État.

Jean-Guy Giraud 21 - 04- 2021

_________________________

(1) au niveau européen, leur rôle est reconnu par l’article 10 TUE qui établit que “le fonctionnement de l’UE est fondé sur la démocratie représentative” dans laquelle “les partis politiques contribuent à la formation de la conscience politique européenne et à l’expression de la volonté des citoyens de l’Union”. De même, en France, la Constitution précise que “les partis politiques concourent à l’expression du suffrage” (art. 4)