©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com

Rechercher

LES SUPER - CALCULATEURS EUROPÉENS



Le 28 septembre dernier, le Conseil de l’UE vient de lancer le "projet EURO-HPC”.

Relativement inaperçu de la presse, ce projet est cependant d’une importance majeure : il couronne - dans le secteur des super-calculateurs informatiques - plusieurs années d’efforts de la Commission et de négociations entre les États membres.

Il doit permettre à l’Europe de mutualiser et de développer les initiatives publiques et privées en cours dans l’ensemble de l’UE - et de leur fournir une aide financière importante (de l’ordre de 10 milliards d’Euros d’ici 2027).

Il permettra également de diminuer l’actuelle dépendance de l’UE vis à vis de sources étrangères de recherche et de services informatiques en matière de big data.

Il s’agit concrètement de mettre en place dans l’UE "une infrastructure de supercalculateurs (HPC) de classe mondiale”, utilisables dans des secteurs aussi divers que:

  • les traitements médicaux

  • la cybersécurité et la défense

  • les changements climatiques et les prévisions météorologiques

  • la conception et la production de produits industriels (cf. automobiles, avions, …).

Si le financement est d’ores et déjà disponible dans le cadre du Plan Juncker (près d’1 milliard pour 2019/2020) - l’essentiel des crédits doit être prévu dans le prochain cadre financier pluri-annuel (CFP 2021/2027) en cours de d’adoption au sein du Conseil et du PE.

Il s’agit bien là d’un exemple majeur de “l’Europe qui protège” et qui assure son développement et son autonomie dans un domaine vital pour son avenir.

C’est à travers des projets de ce type que l’on discerne concrètement l’enjeu que représente l’adoption dans les délais et dans son intégrité du projet de budget pluri-annuel 2021/2027.

Projet qui - "en vertu" du TUE - exigera l’accord unanime des 27 (ou 28 ?) États membres - cad sera exposé au risque de veto de l’un quelconque d’entre eux, éventuellement pour des raisons totalement étrangères aux actions à financer.

Notons toutefois que le TUE prévoit expressément que le Conseil puisse aussi décider de statuer à la majorité qualifiée … pourvu qu’aucun État membre ne s’y oppose.

Jean-Guy Giraud 01 - 10 - 2018