Rechercher

Un "front européen" pour l'élection de 2014?



De plus en plus de voix s'élèvent, dans le monde politique et au sein de la société civile européens, pour prévenir de la"catastrophe annoncée" de 2014.

Les deux grands dangers sont clairement identifiés : l'abstention et le vote anti-européen.

Concrètement, les sondages font apparaître le double risque:

  • d'un taux de participation inférieur à 40%

  • d'un pourcentage d'environ 25% de votes "anti-européens".

Si ces prévisions se réalisent, il en résultera une forte délégitimation et un affaiblissement interne du nouveau Parlement européen pour toute la période de 2014/2019.

Plus généralement, c'est une grave incertitude sur la pérennité de la construction européenne qui se répandra dans l'opinion publique avec les conséquences politiques et économiques que l'on peut aisément imaginer : une Union - déjà fortement déstabilisée par la crise - risque de se voir ainsi porter un coup fatal au moment même où son unité et sa solidarité sont plus que jamais vitales pour l'avenir des jeunes générations.

Que faire ?

Parmi les propositions avancées figure celle de la constitution d'un "FRONT EUROPÉEN" des partis politiques clairement opposés à la remise en cause de l'acquis de 60 années de Communauté puis d'Union européennes - c'est à dire des partis politiques qui sont :

  • convaincus de la nécessité de l'existence d'un pôle politique et économique européen solide dans le monde du XXIème siècle,

  • soucieux de préserver l'ensemble des valeurs démocratiques et sociales spécifiques de l'Europe,

  • ouverts à la nécessité de réformes propres à permettre à l'Union de répondre aux besoins et aspirations évolutives de la société européenne,

  • déterminés en conséquence à encourager la participation au scrutin et à mettre en évidence les dangers des thèses anti-européennes.

La participation à ce "FRONT EUROPÉEN" devrait bien sûr être totalement distincte de - et sans incidence sur - l'orientation politique spécifique de chacun des partis. Elle devrait impérativement laisser intacte leur capacité à présenter aux électeurs leurs propres propositions sur l'orientation future de l'action de l'Union dans tous les domaines. Elle ne devrait en aucune façon brouiller le choix démocratique des électeurs. Elle ne devrait constituer qu'un socle commun minimal à partir duquel chaque courant politique demeurerait entièrement libre de développer son propre programme.

Concrètement, quelle forme pourrait prendre ce "FRONT EUROPÉEN" ?

On ne peut, à ce stade, qu'imaginer quelques pistes - parmi d'autres :

  • le "FRONT" pourrait être constitué par les principaux courants de pensée conservateur, socialiste, libéral et écologique

  • au niveau européen, il pourrait donc réunir les quatre principaux partis politiques européens PPE - PSE - LIB - VERTS

  • l'initiative pourrait être prise par les groupes politiques correspondants du Parlement européen, particulièrement sensibles à l'enjeu civique du scrutin européen

  • les partis nationaux - en première ligne de l'élection - pourraient chacun reprendre séparément à leur compte l'engagement commun et le présenter clairement aux électeurs.

La création du "FRONT" pourrait prendre la forme d'une "déclaration commune"/"engagement" /"pledge" des Présidents des partis et groupes politiques européens.

À partir de là, on peut imaginer diverses initiatives d'explication et de développement de ce thème aux différents niveaux européen et national à l'intention de l'opinion publique.

L'intérêt principal de l'opération serait d'une part de mettre en évidence l'enjeu civique du vote pour les électeurs-citoyens et d'autre part de bien "marquer" - en les isolant - les partis "anti-européens" .

"Votez pour sauver l’Europe”

JGGiraud 10/09/13


©2018 by Ventotene. Proudly created with Wix.com